Une jolie brunette devant la statue vénérée de Maître révéré Loeufaurie
LA MÊME JOLIE BRUNETTE DEVANT LA PHOTOGRAPHIE DU COUSIN PAR ALLIANCE DE MESSIRE LOEUFAURIE : RAOUL TARTEMPION, VISIONNAIRE, TOURNEUR DE TABLE ET MEMBRE DU PRESTIGIEUX INSTITUT OFFICIEL D'HISTOIRE BRUNOÏSTE, ESTAMPILLÉ PUR JUS (tous droits réservés)
« Robert Pioche le petit pigeonneau », ou : Bestiaire ludique de l’œuf au riz, en octosyllabes plus ou moins mal rimés, et prosodie bancale-archaïsante . par Robert Pioche (2008), toujours dedans la ville – chère à François Villon – de Pontoise. Voici un tout petit et modeste « poème » (qui sera longtemps dédaigné, à supposer même qu’il soit lu et qu’un seul lecteur ait la patience de le parcourir jusqu’au bout) dont la trame essentielle a été écrite, pour s’amuser, en une soirée, sous la forme d’une fable qui se déroule dans le royaume d’un imaginaire Maître l’euphorie. Il met en scène, de façon volontairement absurde, des animaux disparates, choisis au hasard. Il est bon de dénoncer les lieux communs, et, après Léon Bloy, d’en recommencer toujours l’exégèse. Mais il est bon aussi, sans doute, de dénoncer véritablement tous les lieux communs. Y compris ceux des « professionnels » de l’anti-conformisme qui, à force de dénoncer le Grand Lieu Commun, finissent par ressembler comme deux gouttes d’eau aux menteurs! La seule certitude est celle-ci : le plus çon de tous les bestiaux, le seul indéniable connard est votre serviteur, Robert Pioche, petit pigeonneau jeunot ! Toute ressemblance avec des événements passés, présents ou futurs, ou avec des noms de personnes, ou avec des circonstances ayant réellement existé, etc., serait strictement involontaire et purement fortuite. * * * Ne dites jamais : « Lœufaurie ! » Mais plutôt : « Monseigneur le Pion ! » Pour susciter son euphorie Et ne pas lui damer le fion. Les sieurs Morpion, Pion, Tartempion Sans quart de ton, ni demi-ton, Ont embouché leur mirliton, Branlu tontaine et blancs roustons ! * A la Cour du Pion Lœufaurie, C’était bien souvent la folie Entre aigle et thon, taupe et roquet, Rat noir – tant d’animaux coquets ! Il fallait admirer ce zoo Où tout ce petit monde en marche, Très cher Noé, comme dans l’Arche Biblique, en glissait sur les eaux ! * Un jour, le Seigneur Lœufaurie Joignit au bestiaire, un pigeon (Et que personne ne s’en rie) Pour crier qu’il eût eu raison ! Et lorsque vint le Mardi Gras, Elle fut belle, oui, l’euphorie. Autour du p’tit prof qui en rit, Ce fut un joyeux broc à rats ! Car Pigeonneau dit tout de go, Essuyant sarcasme et furie : « Ne jouons pas aux ahuris : Spinoza a copié Bruno ! » * Triste fable de ce pauvre çon de Robert Pioche le Pigeon. Mais maintenant, narrons la fable Qui plaira à tous les éphèbes, Véritablement admirable, Du gibier pigeonnant la plèbe ! Quand Mardi Gras fut achevé, Bien aise d’être encore en vie, Le pigeon de plombs tout grevé Rencontra le Pion Lœfaurie. Question du Pigeon pris pour la Reine Quarême : Pigeon voulut se faire entendre : - « Je vois qu’on dresse en la Grand Place La potence où l’on veut me pendre, Lœufaurie, ah ! prenez ma place ! »
Doctissimus Loeufaurie togatus maxime , barbe fleurie, satisfait et béat, songe crétinement à tous ses exploits littéraires de spécialiste (beurk ! quel mot indigeste et creux) des poètes et de la poésie. Amis poètes, fuyez avant qu'il ne vous décortique et vous range dans la catégorie des anormaux ! Car sa thèse est unique, nous l'appelerons thesis tunicula car elle se porte seyant, par les deux sexes, sur la peau nue : Les poètes sont des obsédés sexuels qui ne pensent qu'à faire des jeux de mots sur la bestialité triviale du sexe. Thesis secunda : Tous les écrits prétentieux de ses ratés, ennemis du salariat chéri, sont des déjections onaniques d'une masturbation mentale maladive*. Chacun pourra noter que le bonheur post ingestionem irradie le visage, apparemment débonnaire, du faux érudit et du vrai niais retors. Ce qui d'ailleurs, fait doucement sourire notre jolie brunette. * mais pas que mentale d'ailleurs car elle rend totalement sourd aux appels de la raison utilitaire.
page 41