suite et fin du texte page 32I Où il sera démontré, paisiblement et sans aucune prise de position de nature idéologique, qu’il est impossible qu’une certaine écolière de quatorze ans (née le 8-8-1925) ait été " gestapiste ". LE « SAVOIR »… ou la désinformation ? Sur « l’encyclopédie du savoir » « Wikipédia », on peut lire (malheureusement) un ragot absurde, selon lequel ma mère, Marguerite Mathieu, décédée en 1988, aurait été… « gestapiste » ! Le problème, sur Wikipédia (et l’actualité le démontre, puisque Wikipédia vient tout récemment, à la fin de 2008, de subir une première condamnation à une fermeture temporaire), c’est que n’importe qui peut – plus ou moins – y écrire « n’importe quoi ». Il suffit que quelqu’un, dans un journal, ou dans un livre, ait répandu une nouvelle, pour qu’ensuite quelque internaute, se prenant – je suppose - pour un « encyclopédiste », répercute cette nouvelle sur Wikipédia. Et la rumeur, et les ragots courent… Prenons un exemple. Volontairement exagéré. Quelqu’un écrit, quelque part, que « le père d’Olivier Mathieu violait des cadavres ». Ou que « la grand-mère d’Olivier Mathieu était un agent secret agissant pour le compte de la Syldavie ». Les « internautes » qui rédigent cette – curieuse - encyclopédie reprendront ces affirmations, « sources » à l’appui. Et des gens écriront (sans chercher à en savoir davantage) que mon père violait des cadavres et que ma grand-mère était un agent secret syldave. Ou que mon frère jumeau (mort à cinq jours, le 19 octobre 1960) était un « dealer » et, en plus, un dangereux exhibitionniste !… Exemple exagéré, ai-je dit. Or, il n’y a pas plus de probabilités pour qu’un enfant mort à cinq jours ait été exhibitionniste, qu’il n’y en a pour qu’une enfant de quatorze ans ait été gestapiste ! Si la « source » d’une information ne vaut rien, l’information ne vaut rien non plus ! GESTAPO ? Il y a divers articles sur Internet pour écrire que ma mère fut « pendant la guerre » « employée de la Gestapo et infirmière sur le Front de l’Est », et « tardivement enseignante à la Sorbonne ». J’avoue que ça dépasse tout ! Je mets en effet qui que ce soit au défi de prouver qu’une jeune fille, qui avait eu quatorze ans le 8 août 1939 (et donc QUATORZE ANS ET UN MOIS lors de la déclaration de guerre, par la France et l’Angleterre, à l’Allemagne hitlérienne !), et âgée DE DIX-NEUF ANS ET NEUF MOIS lors de la capitulation (8 mai 1945) du Troisième Reich, ait été « GESTAPISTE », c’est-à-dire membre de la Geheime Staats Polizei, désignée par tous les livres d’histoire comme la police secrète du Troisième Reich. Le mot de « Gestapo » (qui est devenu dans le vocabulaire contemporain, par extension, synonyme de « méthodes répressives brutales ») est en vérité une forme abrégée, une abréviation (GESTAPO, donc : = GEheime STAats POlizei), Ma mère, née le 8 août 1925, eut donc dix-neuf ans et neuf mois le 8 mai 1945… et elle avait un an de moins lorsque les troupes anglo-américaines firent leur entrée à Bruxelles. Or, est-ce que la Gestapo engageait des écolières belges de quatorze ans ? Il est EVIDENT que ma mère n’a pas pu être gestapiste entre quatorze et dix-huit ans. D’autant plus que, toujours à en croire ce que l’on trouve sur Internet, ma mère n’aurait pas été seulement (sic !) « gestapiste », mais EGALEMENT « infirmière sur le Front de l’Est ». Or, est-il possible que la MEME PERSONNE – une jeune fille de quatorze ans !!! - soit entre 1939 et 1944 et GESTAPISTE et, en même temps (voyez les dates pendant lesquelles exista le « Front de l’Est !!!) INFIRMIERE SUR LE FRONT DE L’EST ? « Gestapiste » ET « infirmière » ? Est-ce que ça peut vraiment convaincre ?!! Est-ce que les gens qui écrivent (sur Wikipédia) de telles stupidités ne savent pas en outre que, pour être infirmière, il faut avoir suivi des études d’infirmière (études qui, en ce temps-là, en Belgique, à ma connaissance, duraient deux ou trois ans) ?… Est-ce que qui que ce soit pourrait, ENTRE QUATORZE ANS ET UN MOIS ET DIX-NEUF ANS ET HUIT MOIS, être à la fois « gestapiste » (guillemets citatifs) et suivre des études d’infirmière avant de devenir « infirmière sur le Front de l’Est » (autres guillements citatifs) ? On aurait vraiment là un cas exceptionnel ! Décidément, ma mère aurait été très occupée !!! Puisque, en quatre ans, elle aurait été à la fois gestapiste, diplômée en études d’infirmière, envoyée sur le Front de l’Est en tant qu’infirmière – et cela, tout en étudiant à l’Université (où elle obtint un rien plus tard, entre 1946 et 1950, TROIS DOCTORATS !!!) Ma mère pendant la guerre fut scolarisée, à Bruxelles, ce dont il reste des traces dans les archives de l’athénée qu’elle fréquentait, jusqu’au début de 1944. Qu’elle ait été scolarisée jusqu’au début de 1944 est une réalité indéniable. Et il faudrait vraiment une sacrée dose de stupidité, ou de pure mauvaise foi, pour dire qu’une écolière ait pu être à la fois scolarisée et « gestapiste » entre 1939 et 1944. Quand donc aurait-elle été gestapiste ou aurait-elle suivi des études d’infirmière ? Le dimanche ? Pendant les vacances scolaires ? Le soir après l’école ?