QUELQUES PENSÉES DE SIMONE WEIL
À L'OCCASION DE L'INTRONISATION DE MADAME SIMONE VEIL AU GRADE ENVIÉ D'IMMORTELLE, NOUS DONNONS CI-DESSOUS, DE COURTS EXTRAITS DE SES OUVRAGES
Nous sommes régis par une double loi, une indifférence et une mystérieuse complicité de la matière qui constitue le monde à l’égard du bien ; le rappel de cette double loi est ce qui nous atteint au coeur dans le spectacle du beau. (S) Ce qui permet de contempler la nécessité et de l’aimer, c’est la beauté du monde. Sans la beauté ce ne serait pas possible. Car bien que le consentement soit la fonction propre de la partie surnaturelle de l’âme, il ne peut pas en fait s’opérer sans une certaine complicité de la partie naturelle de l’âme et même du corps. La plénitude de cette complicité, c’est la plénitude de la joie. (IPC) * D’une manière générale, toute instruction (...) devrait avoir pour objet essentiel d’augmenter la sensibilité à la beauté du monde (...). (E) * L’art est une tentative pour transporter dans une quantité finie de matière modelée par l’homme une image de la beauté infinie de l’univers entier. Si la tentative est réussie, cette portion de matière ne doit pas cacher l’univers, mais au contraire en révéler la réalité tout autour. (AD) * Faire l’inventaire critique de notre civilisation, qu’est-ce à dire ? Chercher à tirer au clair d’une manière précise le piège qui a fait de l’homme l’esclave de ses propres créations. Par où s’est infiltrée l’inconscience dans la pensée et l’action méthodiques. (OC) Parmi les caractéristiques du monde moderne (...), l’impossibilité de penser concrètement le rapport entre l’effort et le résultat de l’effort. Trop d’intermédiaires. Comme dans les autres cas, ce rapport qui ne gît dans aucune pensée gît dans une chose : l’argent. (PG) Argent, machinisme, algèbre. Les trois monstres de la civilisation actuelle. Analogie complète. (PG) * S : Sur la science IPC :Intuitions préchrétiennes E : L'Enracinement AD : Attente de Dieu OC :Oeuvres complètes PG :La Pesanteur et la grâce
page 25 bis