D'UN ART VRAI INDISPENSABLE MÊME AUX MARGES en un temps si médiocrement utilitariste, monstrueux, mortifère et taré ; et d'autant, décadent.
série de thèses progressives, je veux dire de thèses qui augmenteront et se développeront au fil des jours.
retour à l'accueil page 9Qui ne comprend pas l'Art comme expression supérieure de l'humanité, forme du sacré, grain d'ironie, brin de folie, raison de vivre ou de mourir, nécessité vitale, ne comprend rien - esprit étroitement utilitariste - à ce qui fait la spécificité humaine. L'Art est un jeu cruel, à la vie à la mort. Un travail acharné et quotidien. Tous les ratés ne sont pas des artistes mais tous les vrais artistes, grands ou petits, sont des ratés de la "réussite sociale", des en-dehors disposant d'un sixième sens - au-delà du bon sens commun et de la respectabilité courante - communément appelé "hypersensibilité". De là naît tout leur art et toutes leurs misères. Tous les mal-entendus. La vie et la mort (souvent volontaire) des vrais artistes ne relèvent jamais de l'anecdote superfétatoire mais de l'essence même de leur oeuvre et partant, de leur être. Qui comprend la folie picturale de Van Gogh, un Cézanne en pleurs baisant les mains de Rodin, Sibelius s'enfermant dans trente ans de quasi mutisme musical, Rimbaud traînant ses misères de contrebande en des élans de respectabilité, ou bien Germain Nouveau mendiant aux portes des églises ? L'artiste crée malgré la société qui l'ignore, le méprise ou le combat. L'apprécie de travers ou pour de l'accessoire. Les plus beaux et réels actes politiques sont des actes relevant du théâtre et de la poésie. Un minimum de reconnaissance, de ses vrais pairs et de quelques cercles d'amis ou cénacles de passionnés précieux ; l'artiste vrai ne demande rien d'autre. À notre époque de Décadence outrée, alors que les Petits Hommes marchent tête en bas - et boîtant bas - au plafond des cieux de leur piètre imagination, le talent est un pari risqué sur un au-delà supposé divin, un gage cruel d'éternité simplement potentielle. Un gâchis de vie, droite dans ses bottes. Une quasi utopie post mortem .