CITATION À AJOUTER AU DICTIONNAIRE DE L'ACADÉMIE À L'ARTICLE "IMMORTALITÉ"
"Plus que tout autre, Simone Veil mérite de devenir immortelle, sous la Coupole, en mémoire de tous les juifs exterminés par les nazis." (lu dans les gazettes) Franchement, je ne vois pas le rapport entre devenir "immortelle" (terme tout relatif) c'est-à-dire posséder quelques compétences - plus ou moins supposées - dans le domaine de la langue française, écrite en particulier (l'Académie est censée dire la norme et renouveler sans cesse le dictionnaire) et honorer la mémoire des juifs. En quoi la mémoire des juifs a-t-elle quelque chose à voir (et si oui, quoi?) avec (la mémoire de) la langue française ? De plus, est-ce que le fait d'être juif ou juive donne une compétence particulière en matière de langue française ? En quoi honorer une vivante est-il forcément synonyme d'honorer des morts ? En quoi Madame Simone Veil en est-elle digne, elle en particulier ? Elle et pas une autre? Est-ce qu'on peut généraliser à d'autres ethnies, à d'autres religions ? Aux bretons, aux sénégalais qui étaient des troupes de choc de la guerre de 14 et qui en ont pas mal bavé eux aussi ? En quoi élire Madame Simone Veil, est-ce honorer la France, et quelle France ? Et la langue française surtout ? Qu'est-ce que son oeuvre littéraire ? Un livre de souvenirs, peut-être même pas écrit par elle, vendu à grand tapage et renfort de réclame et conséquemment succès de librairie. Cela dit, 22 voix sous la Coupole, ce n'est pas vraiment un plébicite. Le rêve d'une Académie unanime et pensant comme un seul homme, a encore avorté. Tous les académiciens ne sont pas galants. le 20 novembre 2008
LE PETIT PAGE ACADÉMIQUE
page 24tableau d'Anne-Sophie Bonno, cf. www.atelier-bonno.fr/galerie-creations.html.
« C'est un grand honneur de devenir “immortelle”. Pour ma part, j'ai depuis longtemps dépassé l'idée de l'immortalité, dans la mesure où je suis déjà un peu morte dans les camps » (Simone Veil au micro d'Europe 1)